jeudi 31 décembre 2009

La petite dernière de l'année

Ce matin au comptoir.
Une maman vient me voir pour sa petite fille qui commence à s’enrhumer. Je lui conseille un sirop pour la toux et lui propose des suppositoires. La maman se tourne vers la fillette.

- Des suppositoires ? Ça te va bichette ? tu accepteras des suppositoires ?
- Oui….
- Tu es sure ? parce que je ne veux pas les acheter pour rien !
- Oui, je veux bien des suppositoires en sirop…..pas de problèmes.

Et là j’interviens
- Euuuuuh, des suppos en sirop, je ne vous cache pas que ça va poser un problème…….

lundi 28 décembre 2009

Avatar

Tout le monde en parle, on voit l’affiche partout, et Poufpouf voulait profiter de son passage dans nos montagnes pour qu’on aille le voir ensemble.
Donc en ce qui me concerne «Avatar» c’est fait !!!!
Je n’ai jamais franchement adoré les films fantastiques, ni la science fiction, et c’est la curiosité devant l’enthousiasme des gens qui m’a poussée à aller voir ce film (et puis aussi le fait que ma sœur n’a pas souvent l’occasion d’aller au ciné avec ses deux louloutes dans les jambes…….c’était l’occasion ou jamais pour elle).
Nous sommes évidemment allées voir la séance en 3D (le grand jeu quouâ) et j’ai un peu ricané quand on nous remis les énormes lunettes très très moches qu’il a fallu porter.
En ces temps de vilaine grippe où l’on préconise un bain hydroalcoolique quasiment toutes les heures pour ne pas se faire avaler tout cru par les microbes, la distribution de ces lunettes qui passent de nez en nez, de séances en séances………je ne sais pas, mais il y a comme qui dirait une sorte de paradoxe risible. J’dis ça, j’dis rien…….
Breeeef !
Le film m’a plu, et j’ai aimé l’histoire, les images franchement merveilleuses et fantastiques, ainsi que les sensations apportées par la 3D. Un bémol cependant concernant les scènes de combat un peu trop longues à mon goût et le méchant un poil trop caricaturé.
En revanche, je n’ai pas encore été voir sur le net si d’autres ont fait comme moi le parallèle avec le 11 septembre, mais il y avait comme de l’allégorie dans l’air………j’en mettrais ma main au feu (Ouuuche)…….
Edit: Oui en effet.........je viens de lire un article sur le sujet et il y a bien un paralléle ainsi qu'un message que j'avais bien intégré (j'ai pas l'air comme ça, mais des fois je suis finaude).

dimanche 27 décembre 2009

Portrait de Noël

Le client du 24 décembre
Celui-ci pourrait ressembler au «client de la dernière minute» et pourtant ça n’est pas le même.
Il n’arrive pas au moment de la fermeture car ce jour là étant un peu particulier vous espérez secrètement avoir la possibilité de baisser le rideau ¾ d’heure plus tôt loupant par la même occasion le passage du retardataire habituel (d’ailleurs rien que l’idée de sa tête devant la porte fermée vous fait glousser bêtement).
Non celui-ci est très différent. Il arrive effectivement en fin de journée quand le plus gros de la clientèle est déjà passée mais il tranche avec l’ambiance générale légèrement euphorique et un peu festive.
Devant la pharmacie votre voiture vous attend, le coffre blindé de paquets et prête à vous emmener vers la maison familiale où tout le monde se prépare pour fêter le réveillon. Vous êtes sur votre 31 sous la blouse et vous arborez vos peintures de guerre…..gloss, fard à paupières, blush……la totale ! vous n’aurez rien à envier au sapin de noël……..
Lui, il est comme d’habitude.
Il est tard et alors que tout le monde s'affaire dans les maisons aux préparatifs de la soirée, il vient prendre son renouvellement habituel d’ordonnance……..en survêtement, un bonnet vissé sur le crâne, l’air totalement imperméable au monde qui l’entoure.
Vous le servez, lui offrez un calendrier de noël qui lui arrachera un sourire, puis vous le regardez s’éloigner dehors dans la nuit en vous demandant si quelque part quelqu’un l’attend, si son repas ce soir sortira un peu de l’ordinaire, et s’il aura un paquet à ouvrir demain matin dans ses chaussures.
Après son départ vous réalisez que finalement noël c’est un peu tous les jours pour vous, car vous avez une famille unie qui a du plaisir à se rassembler, vous êtes entourée d’affection, et la vie vous a donné la faculté de profiter des plaisirs de chaque instant.
Et c'est plus tard, en baissant le rideau et en montant dans votre voiture que vous comprenez brutalement que le père noël c’était ce type transparent qui vous a juste montré, en vous tendant son ordonnance sans un mot et sans un sourire, votre bonheur quotidien………………

vendredi 25 décembre 2009

Joyeux Noël

A tous et à toutes, de passage ici par habitude ou par hasard, je souhaite d'excellentes fêtes de noël entourés de ceux que vous aimez........
Gavez vous de chocolats, de champagne et de foie gras........on ne vit qu'une fois et ce serait ballot de se priver pour de bêtes considérations diététiques. L'heure des bonnes résolutions approche, il sera alors bien temps..........


dimanche 20 décembre 2009

Le grand souffle

Cette semaine mon sèche cheveux a rendu l’âme……
Bon, ça n’était pas un parent et nous n’étions pas particulièrement liés, mais je ne peux réellement espérer la moindre vie sociale sans sa précieuse intervention chaque matin.
Chacun porte sa croix……..et moi ce sont mes cheveux qui profitent de la nuit et de la complicité des oreillers pour me transformer régulièrement en Cruella d’enfer dans ses pires moments. Le seul moyen d’y remédier consiste à les mettre sous l’eau avant d’envisager la moindre sortie à l’extérieur.
Je n’aurais pu être la belle au bois dormant car le prince charmant sans aucun doute se serait carapaté dés mon réveil…………à moins de m’autoriser un passage rapide en salle de bain (après un sommeil de 100 ans c’est tout de même le moins que l’on puisse exiger).
Bref ! Il montrait des signes évidents de souffrance depuis quelques temps………….et j’ai du l’abattre (le sèche cheveux…….pas le prince).
Le soir même je déboulais à carrouf après le boulot pour m’en acheter un autre et j’ai été surprise par le choix proposé. Choisir un sèche cheveux a toujours consisté pour moi à attraper la première boite se présentant sous mes yeux avec la mention «sèche cheveux» et à un prix raisonnable……..voir dérisoire. Comme le dernier s’était révélé particulièrement bruyant je me suis bêtement dit qu’en le payant plus cher le nombre de décibels serait inversement proportionnel au prix (c’est faux).
De retour à la maison j’ai posé la boite dans la salle de bain et je m’en suis totalement désintéressée jusqu’au lendemain matin où à la bourre, comme d’habitude, je me suis précipitée devant la glace pour consacrer les 5 minutes quotidiennes à ma coiffure.
Et là, stupeur en déballant mon nouveau jouet………….3 boutons et 8 positions différentes pour le séchage…….
Complètement has been j’en étais restée au bête modèle «ON-OFF»……….d’où ma perplexité devant ce tableau de bord digne d’un A380.
Au pif j’ai appuyé sur un premier bouton allumant l’appareil et propulsant immédiatement mes boucles d’oreilles posées sur le bord du lavabo à l’autre bout de la salle de bain.
Trop en retard pour étudier ça de près j’ai appuyé un peu partout et réussi à sécher mes cheveux et à obtenir une coiffure…….surprenante. Mes cheveux habituellement difficiles à gérer tombaient parfaitement un peu comme lorsque je reviens de chez le coiffeur.
Arrivée à la pharmacie des clients m’ont fait remarquer que j’avais une nouvelle coiffure qui m’allait très bien, et à tout ceux qui m’ont demandé ce que j’avais changé, j’ai répondu «mon sèche cheveux».
A la fin de la journée je me suis donc penchée sur la notice en me demandant ce que j’avais bien pu acheter. Et là j’ai compris………et découvert des trucs.
Mon sèche cheveux génère des ions qui neutralisent l’électricité statique ainsi qu’un revêtement Ceramic qui optimise le flux d’ions. Il possède un concentrateur, un diffuseur asymétrique, ainsi qu’un filtre arrière basculant (et ne me demandez pas à quoi ça sert)……….rien que ça !!!
En fait, ça n’est pas un sèche cheveux que j’ai acheté, mais une centrale nucléaire……………..

vendredi 18 décembre 2009

Histoire de flocons

Ce matin à 10 h je faisais péter 400€ pour des pneus neige flambants neufs que même à un prix pareil je vais les prendre en photo pour les avoir dans un cadre sur ma table de chevet.

A midi la ville disparaîssait sous la neige………….

Si c’est pas du timing de folie ça !

mercredi 16 décembre 2009

Nefertiti

Pendant que les températures dégringolent comme qui rigole et que je ressors pêle-mêle écharpes, bonnets, gants, mitaines et grosses chaussettes, parallèlement dans un autre coin de l’appartement je réunis petit à petit depuis quelques jours, tee shirts, bobs, crèmes solaires et autres accessoires que l’hiver ne voit habituellement pas.
Dans moins de 4 semaines, le 9 janvier pour être exacte, je m’envolerai vers l’Egypte afin d’aller crapahuter durant 7 jours dans le désert blanc avec de parfaits inconnus.
C’est le cadeau de noël que je m’offre «de Lili pour Lili avec toute mon affection»………oué…….…parce que je le vaux bien.
Au programme, immersion totale avec les dromadaires qui porteront nos sacs, marche, thé à la menthe, bivouacs, feu de camps, et suuuuuuuuuurtout paysages grandioses.
Le confort sera réduit à sa plus simple expression et le descriptif envoyé par l’agence précise qu’il sera totalement impossible de prendre une douche en dehors du premier et du dernier jour (car il n’y aura de l’eau que pour la cuisine et la boisson)……………Nan ?............Si !!
J’adore ça ! C’est mon coté boy scout……..revenir raide de crasse, les pieds en compote, prête à tomber dans le premier vrai plumard me tendant les bras, mais rayonnante et pleine de souvenirs, c’est mon truc. Peu importe le confort du moment que je vais voir et vivre des choses nouvelles. Partir seule au devant de gens que je ne connais pas et les découvrir durant une semaine, déconnecter totalement du quotidien et arrêter un peu le temps pour ne penser qu’au jour présent, voila les vacances que j’aime et qui m’ont tant manqué cet été.
J’emporterai avec moi, comme à chaque fois, un carnet qui me servira de blog temporaire et que je retranscrirai ensuite ici.
Et puis des vacances début janvier, après les fêtes, quand tout le monde va reprendre le boulot………..c’est t’y pas le pied ça ????

lundi 14 décembre 2009

Avec le froid, on sable.........

Ayé, c’est parti, le froid vient d’établir ses quartiers et ça rigole déjà beaucoup moins quand il s’agit de sortir…….
Du coup avec mon laurier rose sur le balcon on se regarde tous les deux chacun d’un coté de la vitre. Lui se demande si je vais me décider à l’envelopper dans un drap pour affronter la vague de froid annoncée, et moi je me demande si par hasard il ne serait pas capable de résister un peu……..juste pour voir……
Ce Dimanche n’était donc pas un jour à mettre le nez dehors. Grisaille, deux ou trois flocons menaçant (histoire de me mettre l’eau à la bouche), et une grosse envie de cocooner.
Alors, que fait on à 10 jours de noël quand on est gourmande et enfermée au chaud ? hummmmm ?
On fait des sablés !!!!!!!
Je vous livre ici mon incontournable recette mais je viens d’en découvrir une chez Fabienne qui n’a pas l’air mal du tout et que je tenterai sans doute dans les jours à venir.

Sablés de Noël
Ingrédients :
1 Œuf
125 gr de sucre en poudre
250 gr de farine
1 pincée de sel
125 gr de beurre
Et au choix 2 ou 3 cuill à café de cannelle ou gingembre.

Mélanger l’œuf et le sucre en poudre. Battre jusqu’à obtenir un mélange blanc et coulant. Ajouter les épices, la pincée de sel et la farine. Mélanger avec les doigts en «sablant» de façon à obtenir une préparation à la consistance de semoule. Ajouter le beurre en le faisant pénétrer dans le sable. Vous obtenez alors une boule de pâte. Faire sauter cette pâte sur une surface farinée afin qu’elle devienne lisse. Laisser reposer 30 min au frais. Etaler au rouleau sur 5 à 7mm. Couper les sablés à l’emporte pièce (sapins, étoiles, cloches….). Les disposer sur une plaque beurrée allant au four et cuire à thermostat 5 durant 15 min. Surveiller !!!! ne pas faire dorer.
Attention, afin qu’ils restent croquants il faut veiller à bien les laisser refroidir avant de les mettre dans une boite en métal.

dimanche 13 décembre 2009

Boulette de Noël

Hier soir, raclette chez des amis.
Le feu crépite dans la cheminée, quelques flocons tombent dehors, l’hôtesse sert les apéros, les enfants virevoltent entre les amuse gueules et la PSP à l’étage, et nous devisons gaiement tous heureux de nous retrouver réunis.
Je ne sais trop comment le sujet vient sur le tapis mais je me retrouve à raconter ma journée de Vendredi où avec l’amie qui nous reçoit je suis allée faire des affaires au magasin d’usine Lafuma à 1 heure de route de chez nous.
Le but de cette sortie étant de me trouver une nouvelle combinaison de ski, demandée au père Noël cette année, je suis toute contente d’expliquer que finalement il n’y aura pas beaucoup à compléter entre mes parents, Poufpouf, Umberbracht et Belle sœur préférée.
C’est alors que je m’arrête net dans mon récit, stoppée par un léger coup de coude de ma voisine de droite qui plonge son nez dans son verre.
Mes yeux inquiets parcourent l’assistance, tombent sur meilleure coupine et son prince qui (j’en suis quasi certaine) ne croient plus au père Noël, et s’arrêtent pétrifiés sur le petit Edgar (8 ans) juste à coté de moi et littéralement pendu à mes lèvres.
Je commence alors à bafouiller des «euuuuuuh…….et bien……voyons………euuuuuuuh», quand celui-ci se tourne triomphant vers son père

- DONC !!! c’est bien ça, le Père Noël c’est les parents !!!!!!!!!

Je n’ai pas enchaîné sur la petite souris et le lapin de Pâques, mais me connaissant, dans mon élan, je serais encore foutue de le faire…..
Je sens que pour les fêtes je vais devoir redoubler de vigilance et me museler avec 3 de mes nièces qui croient encore au vieux barbu……

mercredi 9 décembre 2009

Conscience professionnelle

Hier soir j’avais prévu une petite soirée cocooning dans mon home sweet home.
Un bain chaud aux huiles essentielles relaxantes, un plateau repas préparé avec amour par moi-même et pour moi-même et un bon polar sous la couette en attendant le moment de sombrer dans les bras de ce brave Morphée.
Bref ! à 17h j’en salivais rien que d’y penser et je souriais béatement aux client en espérant que le temps s’accélère.
Et puis d’un coup le vent a tourné……….

- Liliiiiiii, j’ai cooooomplétement oublié de vous en parler, mais on est invité ce soir à une formation sur «les gestes qui sauvent» par le laboratoire S.
- Ah NAN !!!!!! nan, nan, nan, et nan, j’ai taaaaaaaas de trucs de prévus hyper importants pour ce soir, je suis overbooked, ça tombe hyper mal, il fallait me prévenir avant.
- Ah zut………vous ne pouvez vraiment pas venir ?
- Nan !
- Il y aura un apéritif pour commencer
- Nan.........
- Et c’est dans le nouvel hôtel tout près de chez vous, il parait qu’on y mange super bien…….
- ………….
- Comme en plus ils nous invitent AUSSI à diner………
- BON !!! mais c’est vraiment dans l’intérêt des clients que je céde………………uniquement par conscience professionnelle !!!! et croyez moi, ça me coute.........

J’aime autant vous dire que le mannequin sur lequel je me suis exercée après deux verres de vin rouge pour un massage cardiaque ………il n’est pas prêt de l’oublier !!!!.
J’ai laissé tomber le bouche à bouche. Après le saumon, la tapenade et la mousse de carotte, je l’aurais achevé…………..

dimanche 6 décembre 2009

Santons

Nouveau Week end «Hors département», à Carpentras, en famille chez Umberbracht.
Au menu, d’abord un marché de noël hilarant mais sympathique au milieu des vignes chez les «Bobo» où les enfants se sont éclatés. Puis décoration du sapin de noël où chacun à voulu mettre sa patte et……..son style. Lola, 3 ans, a concentré toute sa déco dans son périmètre et à sa hauteur……
Enquête serrée dans la soirée pour retrouver le coupable ayant attaqué sans permission et malgré les menaces les chocolats suspendus au sapin…………..il n’était pas seul, et les résultats de l’enquête ont montré que les mâles de la famille n’ont vraiment aucun scrupule.
Leur réaction face à nos protestations outrées me laisse à penser qu’ils recommenceront sans l’ombre d’une once de culpabilité.
Bref, une fin de semaine douillette au milieu de mes neveux attachants et drôles, à papoter au dessus d’une tasse de thé avec belle sœur préférée et mon frère.
Ne manquait que les cigales, mais à cette période de l’année pour l’ambiance de noël ça l’aurait pas fait…….

vendredi 4 décembre 2009

Parole d'évangile.....

Maintenant je les vois venir………..le manége est le même.
Ils viennent sous un prétexte quelconque, ordonnance, conseils, aspirine pour regarnir la pharmacie familiale, etc.……..
Bizarrement ils sont plus loquaces que d’habitude et parlent en jetant des coups d’œil agacés sur le reste de la clientèle qui traîne dans l'officine.
Difficile de s'en défaire, ils ne décollent pas, et à moins de leur donner congé brutalement on ne peut rien faire d’autre qu’afficher un sourire patient en les écoutant. Jusqu’à ce qu’enfin la pharmacie se vide les laissant seuls au comptoir.
C'est alors qu'ils exposent la vraie raison de leur présence………..l’air de rien ………sur un ton badin.

- Et finalement ? Vous en pensez quoi du vaccin contre la grippe A. Vous allez vous faire vacciner ?.

jeudi 3 décembre 2009

Par les sentiments

Ce matin à la pharmacie ma patronne passe et me regarde.

- Vous n'auriez pas un peu maigri Lili ?
- Euuuuh..........non........
- Si, je vous assure, vous avez maigri !!!!

Boaaarffffff, elle me rend dingue des fois, mais finalement elle a un bon fond.........

mardi 1 décembre 2009

Révélations

Aujourd’hui j’ai des devoirs à faire car j’ai été taguée par Mahie.
Je suis invitée à révéler 7 indiscrétions me concernant et comme en matière de mystère je suis la Greta Garbo du net, je ne sais que choisir. Huhuhuhu…………….sans compter que ma famille lit, (Damned), et je vais me mettre à nue, étaler mes tripes, aaaaaarghhhhhhh.
Bon, commençons :

1) Vous allez avoir un choc, mais Fantomette c’est moi………….et c’est pas facile tous les jours.

2) Je suis cruelle. Il y a quelques années une amie qui m’avait furieusement énervée s’est retrouvée à mes cotés dans un cocktail professionnel avec un bout de salade entre les dents. Je ne lui ai rien dit…………….c’est mal. J’ai savouré ma vengeance le nez plongé dans mon verre de champagne à la regarder sourire……

3) Je pleure devant «la petite maison dans la prairie».

4) Je vais me faire vacciner contre la grippe A. J’en vois qui palissent……………

5) A 18 ans je suis tombée raide dingue du tennisman Jim Courier quand il a levé la coupe de Rolland Garros au dessus de sa tête (je crois que je suis vénale…..). Je lui ai envoyé immédiatement une lettre pour lui déclarer ma flamme avec comme adresse «Jim Courier- Wimbledon- England». Je pense qu’il ne l’a jamais reçu car sinon il me semble évident que je vous écrirais ces lignes avec sa tête amoureusement posée sur mon épaule.

6) J’ai longtemps cru que le mot «orgasme» était une mauvaise prononciation de «organe».

7) Quoiqu'on en dise, je ne suis pas totalement convaincue que le Père Noël n’existe pas……….

Il me faut à mon tour taguer du monde mais c'est difficile car ça tague dru sur le net. Alors je choisis Poufpouf et Floh, et ceux qui veulent participer spontanément sont les bienvenus.

lundi 30 novembre 2009

Sans transition......

.......avec le billet précédent et surtout ses commentaires au ton plus grave………….
L’automne qui tire sa révérence en douceur……..et la neige qui ne vient toujours pas……….


(Edit)
Quoique.......FD avait raison........le brouillard se léve et il semblerait que....

dimanche 29 novembre 2009

Une fessée qui fait mal

J’ai reçu ce matin (euuuuh non, cette nuit), un commentaire de Akynou concernant mon post sur le projet de loi contre la fessée.

"Pourtant, c'est important aussi. Au delà du terme fessée, il y a les châtiments corporels dont sont victimes les enfants. Et il n'y a pas de quoi rire."

J’ai d’abord voulu lui répondre dans la partie «commentaires» et puis après réflexions je me suis dit que ça méritait tout de même un billet plus étoffé.
Je comprends la réaction de Akynou, et je comprends que ma légèreté sur le sujet puisse la choquer. Rire des maltraitances que l’on pourrait infliger à un enfant est effectivement choquant.
Mais je souhaite m’expliquer et développer un peu plus sur le sujet.
Je ris oui…………mais je ris jaune.
Entendre au journal de 20h entre la poire et le fromage «bientôt la fessée peut être interdite en France !!!!», est risible…………car les choses ont été annoncées de cette façon, suivie d’un petit reportage et d’une interview de Dominique Versini sur la fessée. D’où mon post écrit dans l’heure.
Maintenant voici ce qu’il en est vraiment :

Dominique Versini, demande à la France de répondre à la demande du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies et du Conseil de l'Europe et de voter une loi interdisant tous les châtiments corporels imposés aux enfants. "L’expérience de certains pays ayant interdit tout châtiment corporel montre qu’il existe des moyens positifs pour corriger ou discipliner les enfants et construire des relations fondées sur la confiance sans tomber dans l’excès inverse de «l’enfant roi»

Bien, OK. Maintenant, a-t-on montré si cette loi avait eu des effets sur les chiffres concernant les enfants battus ? Va-t-on proposer des solutions pour «éduquer» les parents où va-t-on juste leur dire «une fessée c’est mal, trouvez autre chose».
Et pourquoi ne pas appeler un chat un chat et annoncer plus crument «interdiction de lever la main sur les enfants». Car c’est ça la vraie question. Un adulte a-t-il le droit de lever la main sur un enfant ?
Parler de fessée c’est léger, mais si les termes utilisés avaient été différents les questions soulevées après cette annonce au journal auraient peut être été différentes.
Autoriser l’état à intervenir dans les foyers et dans l’éducation c’est grave, ça peut être dangereux, même si ça peut s’avérer nécessaire parfois. Mais la situation des enfants en France est elle si dramatique et alarmante qu’il faille pondre une loi ? des campagnes de communication ne seraient elles pas plus utiles ?
Battre comme plâtre son gamin c’est perdre le contrôle et signe d’une profonde perturbation, et je ne suis pas sure qu’une loi de ce type puisse faire quoique ce soit . Le problème est ailleurs.
Mes parents me corrigeaient avec un martinet. Aujourd’hui je me demande comment c’était possible de faire une chose pareille. Je ne peux m’imaginer en train de saisir un objet pour frapper. Mais je n’ai pas d’enfants………
J’aurais voulu qu’ils trouvent autre chose, mais je crois qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu, même si parfois j’aurais fait différemment et pas forcément mieux.
Si j’écoute mes grands parents, mes parents, et mes amis, on n’élève plus les enfants de la même façon qu’il y a 60, 40, et 20 ans. Les choses se font naturellement depuis quelques décennies et sans qu’il y ait de loi qui soit intervenue, lever la main n'est plus aussi spontanné (hors du contexte de la maltraitance). Mais je me trompe peut être……….

mercredi 25 novembre 2009

Portraits 4

Le pressé
Le pressé est………..pressé.
Premier signe qui ne trompe pas chez ce personnage un rien stressant, c’est sa voiture garée en vrac devant la pharmacie avec le moteur qui tourne encore.
Le pressé ne doute pas un instant qu’il sera servi à la vitesse de la lumière et l’idée même qu’il puisse attendre est inenvisageable. Comme le dit fort bien une de mes amies, le pressé «a vu la vierge»……..il attendra comme tout le monde son tour, vous condamnant à voir sa tête apparaître à gauche, puis à droite, puis à gauche, puis à droite, au dessus de l’épaule de la personne dont vous vous occupez.
Le pressé, par ses soupirs et son impatience, vous donnera le sentiment d’évoluer telle une doudou martiniquaise nonchalante au milieu des rayons de la pharmacie.
Le pressé n’a pas le temps, il courre, il vole, il survole, et s’il s’arrête dans votre officine c’est que quelque chose d’agaçant le freine dans sa course infernale……..un rhume, une grippe, une angine, ou pire……une gastro.
Le pressé vous explique en deux mots qu’il veut tout de suite un médicament unique, simple à administrer, rapide, efficace, et si possible en une seule prise. Le pressé a généralement un conseil d’administration à présider le lendemain à 8h et vous explique les yeux dans les yeux qu’il compte sur vous pour le retaper IMMEDIATEMENT.
D’une certaine façon le pressé vous en veut un peu d’être malade. Vous l’agacez en lui demandant d’énumérer ses symptômes. Le fait qu’il vous ait dit qu’il était malade devrait largement vous suffire.
N’allez pas parler d’homéopathie au pressé………et utilisez des adjectifs qui le rassureront, «fort», «radical», «remède de cheval», en laissant échapper quelques mots comme «attention», «respectez bien !!» «n’abusez pas». Le pressé se sentira compris et ne doutera pas un instant que pour lui vous aurez sorti l’artillerie lourde.
Après ça si au moment de payer il vous demande pour la millième fois «vous êtes sure qu’il n’y a pas plus fort et plus rapide ?» répondez lui que pour les miracles il reste encore l’évêché.

dimanche 22 novembre 2009

Malédiction

La loi de l’enmerdement maximum n’est pas une légende……
Pourquoi faut il qu’il n’y ait JAMAIS dans ma trousse à outils de fille-célibataire-hypra-organisée-qui-sait-se-débrouiller-toute-seule le bon modèle de piles lorsque j’en ai besoin de façon urgente pour un appareil dont le fonctionnement immédiat m’est indispensable (en l’occurrence le thermostat de mon appart ce soir).
Quand je veux des petites j’ai des grosses, et quand j’ai besoin de grosses j’ai des petites.
Pouuuuuuuuuurquoi ?????????
Idem pour les ampoules à vis et à baïonnette…….

jeudi 19 novembre 2009

Le concert

La semaine dernière avec meilleure coupine nous sommes allées voir «Le concert».
Cette fois ci j’ai préféré laisser passer un peu de temps avant de vous en parler afin de permettre à mon sens critique de prendre du recul (celui-ci étant plutôt généralement porté sur l’enthousiasme, le plaisir de la sortie en elle même, «c’était trop coool», «trop bath» etc……..)
C’est clair qu’une soirée ciné avec meilleure coupine c’est rarement l’enfer. Ça commence en général par un petit restau histoire de s’éparpiller en bavardage sur tous les sujets hyyyyyper importants de nos vies respectives. C’est ensuite un passage par le stand des bonbons d’où il faut arracher meilleure coupine sans qu’elle se roule par terre, et ensuite c’est le film.
Donc en clair le bilan de ma soirée est toujours hyper positif et le film bénéficie généralement de mon enthousiasme sur l’ensemble. D’où la nécessité de prendre le temps de digérer.
Bon, déjà pour commencer il faut préciser que coupine s’est endormi durant la séance……..
Du coup elle a loupé LE moment important le l’intrigue et s’est réveillée hébétée sans rien comprendre.

- C’est qui cette nana dont ils parlent tout le temps?
- Euuuuuh, je t’expliquerais tout à l’heure dans la voiture.

Enfin, pour être honnête, une semaine plus tard mon esprit a déjà balayé toutes les émotions soulevées par l’histoire……..quasiment oubliée.
Grosso modo, le sujet m’a plu. Une groupe de musiciens russes qui se fait passer pour le Bolchoï afin d’aller jouer au Châtelet en France, ça promettait d’être amusant. Essayer de comprendre tout au long du récit le fin mot de l’histoire m’a plu aussi. Mais ça manquait de finesse, et j’ai trouvé l’humour un peu pataud, trop gros, le coté russe trop caricaturé, alors que le véritable fil de l’histoire était grave et tragique. Le mélange des deux genres n’était pas réussi, pas homogène, un peu comme si j’avais vu deux films en parallèle.
Dommage car l’histoire est très belle………….

dimanche 15 novembre 2009

Même pas mal.....

Je viens d’entendre à la télévision qu’il serait question d’interdire la fessée en France ……
Boarffff c’est pô grave, il restera encore le martinet………

PS : je suis contente et rassurée de voir le gouvernement de mon pays se pencher sur des questions essentielles et préoccupantes.

samedi 14 novembre 2009

Portraits 3

Le client de la dernière minute.
Pour être honnête celui-ci est loin d’être mon préféré. C’est l’un des rares qui soulève en moi des vagues de colère que je masque avec peine. Je sais, c’est mal………..mon métier devrait être un sacerdoce et chaque occasion de le pratiquer source de joie (alléluia !!).
Et bien en fait j’ai gardé mon âme de collégienne, huhuhu, et à l’heure de la récré je n’aime pas être retenue pour des broutilles.
La pharmacie ferme à 19H15 et il se pointe généralement à 19H14 pétante ! montre en main.
Je ne parle pas ici de la mère de famille qui arrive essoufflée et soulagée de trouver la pharmacie encore ouverte après deux heures à poireauter dans une salle d’attente et dont vous apercevez les enfants au bord de l’implosion à l’arrière de la voiture. Celle-ci est toute pardonnée. Ne nous méprenons pas………..il y a dernière minute ET dernière minute.
Là je vous parle du client généralement retraité, qui a eu TOUTE la journée pour venir vous voir, mais qui a pris cette fâcheuse habitude de vous pourrir régulièrement la fermeture.
D’ailleurs c’est un petit malin et il s’en vante lui-même «je viens à cette heure car au moins je suis sure qu’il n’y a pas foule et que je ne vais pas à attendre». Fallait y penser………..
Il va sans dire qu’il ne vient pas pour une bête boite d’aspirine. Ça, à la rigueur, ne provoquerait chez moi qu’un vague agacement.
Il vient avec ses 4 ordonnances de renouvellement pour son traitement habituel, ophtalmo, cardio, dermato, généraliste, et profite du fait qu’il est le seul et dernier client pour discuter le bout de gras avec sa pharmacienne préférée. Parce qu’en plus il nous trouve sympathique et charmante……
On l’est en effet, la plupart du temps, aux heures d’ouverture. Mais après 8 heures debout derrière le comptoir on est comme tout le monde, on a envie de rentrer à la maison, de se faire couler un bain, d’allumer son ordinateur et de se servir un apéro, bref ! de tomber la blouse……….
Il a le temps, et notre temps à nous ne le concerne pas, il se l’approprie et ne tient pas compte des limites imposées. Il ne s’excuse pas car il a du plaisir à être là, accoudé au comptoir pendant qu’on sort les médicaments, et il n'imagine pas un instant que ce plaisir ne soit pas partagé.
On culpabilise de ne répondre que par monosyllabes, on essaye d’afficher un sourire un poil moins crispé, et pour peu qu’on soit attendu chez des amis pour une soirée prometteuse on se retient de ne pas hurler à la mort…………..
Oui, franchement, celui là je le déteste, c’est très très mal, mais je le hais……..
Surtout quand au moment où il part enfin, 20 minutes après l’heure normale de la fermeture, un autre client passe la tête dans l’entrebâillement de la porte en s’exclamant «ouuuuuuuuuuuuf !!! vous êtes encore ouvert !!!!!»

jeudi 12 novembre 2009

Terreur nocturne

Hier soir très tard, ou plutôt très tôt car minuit était largement dépassé, je pose enfin mon fascinant bouquin et j’éteins la lumière.
Impossible de trouver le sommeil, j’ai abandonné les héros dans une situation franchement pas commode, limite angoissante, et toutes ces histoires de vampires avec l’obscurité qui règne dans mon appartement ça me travaille un touuuut petit peu.
Je tends l’oreille et il me semble entendre un bruit dans le salon…………Je me rassure en me disant que j’ai bien baissé les volets, que je suis au 2ième étage et qu’il y a un digicode à la porte de l’immeuble avec caméra de sécurité et tout et tout……..sans parler des voisins qui seront, saaans aucun doute, ravis de venir dare dare en pleine nuit chasser le vampire sous mon canapé.
Puis je me souviens aussi que dans le livre les vampires ils s’en tapent les cuisses des portes fermées et autres pont levis………et je n’ai plus de gousse d’ail…………..ni de crucifix………….même pas une bombe antiagression. Quant à ma voisine, c'est ballot, elle est repartie sur la côte, et mes voisins du bout du couloir me semblent beaucoup trop loin pour que ce soit rassurant.
Je suis là, offerte et vulnérable sous ma couette avec le nez qui dépasse à peine, les yeux grands ouvert sur l’obscurité.
La fatigue finira enfin par avoir le dessus et c’est au moment précis où j’ai du sombrer dans mon premier sommeil que mes bottes posées contre le mur près du lit on choisi de s’effondrer sur le sol.
Je peux sans me vanter vous annoncer que le record de vitesse pour se réveiller et allumer une lampe située à plus d’1 mètre a été battu cette nuit…………et sans échauffement, même pas entraînée……..

mercredi 11 novembre 2009

Fascination

Meilleure coupine qui me connaît parfois mieux que moi-même m’a offert cet été le premier tome de la très médiatique saga «Twilight».
Elle avait vu l’incontournable couverture un peu partout, entendu que le monde entier se ruait dessus, et du coup s’était dit «Fichtre diantre, ça pourrait bien plaire à notre Lili».
En ce qui me concerne, mon état d’esprit vis à vis de ce bouquin était franchement différent. On en parlait trop, j’avais vaguement compris qu’il s’agissait d’une histoire de lycéens fous amoureux, des vampiiiiiiiires en plus, bref ! Un truc qui selon moi risquait au mieux de m’ennuyer, au pire de me foutre la pétoche. Je l’avais donc soigneusement ignoré dans mes choix de lecture et étais restée totalement sourde aux commentaires captés ça et là.
A 38 ans et des antécédents amoureux plus ou moins glorieux, j’ai le romantisme franchement en berne, voire totalement mouru.......
Je ne m’en plains pas, c’est un constat……… sans doute la lucidité de l’age (le premier qui ricane je le sors).
Les princes charmant et tout le toutim je sais que ça n’existe pas, et quand bien même ça existerait j’ai largement pigé que je n’ai pas un tempérament à recueillir chez moi un mec avec son destrier blanc (ou noir) et un genou à terre la plupart du temps. Je ne suis pas une princesse très charmante et Calamity Jane présente plus de similitudes avec moi que la Belle au bois dormant ou Cendrillon.
Mais bon voilà, les cadeaux de meilleure coupine me sont précieux et ce livre s’est donc retrouvé sur ma table de nuit au milieu des quelques autres en attente.
Et puis j’ai fini par l’ouvrir, profitant de mon voyage en train sur Paris, pour faire passer le temps.
Au bout de quelques pages, d’un ton un peu condescendant j’envoyais un mail à meilleure coupine via mon blackberry «Rhôôôôôôô, c’est hyyyyper harlequinesque ton bouquin !!!».
Mais à l’arrivée gare de Lyon je levais à contre cœur le nez du livre……..totalement accro !!!!!!
L’écriture et le style n’ont honnêtement rien d’extraordinaire, l’histoire s’adresse très nettement à des adolescentes, mais………euhhhhh………..comment dire……….prise dans la lecture j’ai régressé de quelques années, pour arriver à celles où je me suis pâmée durant des mois devant un garçon à qui je n’ai jamais adressé la parole. Ces années où je faisais des détours incroyables durant les interclasses pour tomber «par hasard» sur un certain F qui monopolisait toutes mes pensées. Durant ces 2 ans à le guetter il m’a une fois fait la bise car je me trouvais au milieu d’un groupe dont il connaissait certaines personnes………….j’ai failli m’écrouler par terre, terrassée par l’émotion. Il me reste le journal intime que j’écrivais à l’époque et dont je noircissais les pages en parlant de ces moments de pure passion où je le croisais durant 1 seconde et 30 centième dans un couloir du collège. J’ai d’ailleurs encore son emploi du temps ainsi que les numéros des salles où il avait cours et que j’avais obtenu après des jours et des jours à le pister.
Il va sans dire que F n’a jamais su que je me consumais littéralement pour lui……..je crois bien qu’il ne m’a jamais réellement vu.
Je retrouve avec ce livre des émotions qui me paraissaient terriblement loin et mortes en moi, un peu comme si l’adolescente que j’ai été n’avait pas encore tout à fait dit son dernier mot. Disons que ça me rajeunit.......
Inutile de préciser que la lumière reste longtemps allumée le soir dans ma chambre……..et que les réveils sont durs.
Chuis paaaaaaathétique !!!

lundi 9 novembre 2009

Ach Pariiiiiis !!!

Parmi mes grandes résolutions à mon retour de vacances j’ai décidé cette année de m’organiser un week end hors département par mois. On a les défis qu’on peut……….et depuis septembre je suis assez contente de moi car je m’y tiens.
Bon, comme je bosse 3 samedis par mois ça demande un minimum d’organisation et je n’ai pas beaucoup de souplesse concernant les dates, mais grosso modo pour le moment c’est assez fastoche.
Il y a donc eu le Vaucluse en Septembre, l’Yonne en Octobre, et le week end dernier j’étais à Paris………..
Ce principe de m’imposer de faire ma valise au moins une fois par mois me donne un peu le sentiment de partir en vacances, de rallonger le temps, d’oublier le quotidien du boulot et de revenir avec la tête encore un peu ailleurs, relativement détendue…….
Ces quarante huit heures à Paris sont passées à toute allure mais je me suis régalée. Régalée en retrouvant des cousins avec qui j’ai du plaisir à discuter et à partager de bons moments, régalée en me promenant au milieu des dernières couleurs de l’automne, et régalée grâce aux bons conseils de Floh, en découvrant l’exposition du peintre Soulages à Beaubourg.
Je ne connaissais pas son œuvre et de brèves recherches sur Internet m’ont donné envie d’aller y faire un tour. Je craignais un peu d’être totalement hermétique à ses toiles noires, «l’outre noir», et de rester perplexe à envier les regards admiratifs de ceux qui auraient perçu quelque chose là où je n’aurais vu que du noir. Mais les explications distribuées à l’entrée puis la projection avec l’interview du peintre, à la sortie, m’ont permis de dépasser ma première impression et d’aller vers ce que l’artiste souhaitait nous montrer. En bref…..j’ai compris, et je suis ressortie ravie d’avoir ouvert un peu plus mon horizon et ma vision du noir…….
Rien de sinistre……….que du bonheur !!!!


vendredi 6 novembre 2009

Tenir une lampe allumée...

Je viens d’acheter à l’instant deux lampes identiques (enfin, une verte et une chocolat) pour mon Home sweet home.
Pas une hein ! mais deux !!! Quand j’aime j’oublie de compter, je rafle.
Elles sont trop trop trop belles, vraiiiiiiiiiment…………en revanche il s’avère qu’elles n’éclairent rien du tout…………….mais alors vraiment rien du tout !!
Mon enthousiasme a donc légèrement décliné……......et il continu avec la lumière du jour……….

jeudi 5 novembre 2009

Cas de conscience

Ce matin en allant travailler je vois sur le bord de la route 2 gendarmes qui viennent d’arrêter une conductrice. Elle roulait probablement un peu trop vite et va en être quitte pour un sermon, une amende, et quelques points en moins.
Le problème c’est que j’ai reconnu la femme……..c’est une cliente. Au moment où elle montre ses papiers je sais qu’elle est chargée en Morphine et hypnotiques. Je l’ai servi il y a 2 jours, et les douleurs dont elle souffre depuis l’enfance cèdent à peine avec ce traitement de cheval.
Elle conduit………. les gendarmes ont devant eux une grenade dégoupillée qu’ils ne voient même pas. Et moi je poursuis mon chemin car je suis tenue au secret médical. Mon seul pouvoir c’est de la bloquer la prochaine fois discrètement au comptoir et d’essayer de lui en parler…….ce qui ne servira strictement à rien.

mardi 3 novembre 2009

Fallait y penser.....

Discussion avec ma soeur l'autre jour.

-(Moi) Comment fais tu pour que ta salade ne s'abime pas dans ton frigo ?
-(Elle) Je la mange !
-(Moi)......................

PS: il nous arrive d'avoir aussi des échanges au niveau un poil plus élevé.......j'vous jure !!

lundi 2 novembre 2009

Dernière séance

Bon, avec tous ces événements désopilants je ne vous ai même pas dit que j’avais été voir «Lucky Luke» la semaine dernière……
Et pourtant ça mérite d’être souligné car depuis que j’ai donné son congé à l’amoureux je n’avais pas encore eu l’occasion, ni l’envie, ni le temps (non le temps c’est une fausse excuse parce que ça j’en ai suffisamment pour faire tout ce que j’aime), bref, ça faisait un bail que je ne m’étais pas fait une toile.
Du coup pour mon grand retour dans les salles sombres mon choix est tombé sur «Lucky Luke».
Certains pourraient ajouter que j’aurais pu faire un meilleur choix et pour être honnête l’amie qui m’accompagnait n’a pas du tout été emballée par le film.
En revanche, ben mouâ, j’ai accroché, ouep ! Vraiment accroché.
En fait je pense que le coté critiquable c’est le coté BD, mais j’étais venue pour ça. Ce film est tout simplement une BD animée, avec des images aux couleurs accentuées, chaudes, des couleurs que j’aime particulièrement, une sorte de film spaghettis à la sauce moutarde. Tout est gros, rien n’est crédible, c’est énorme, et j’ai marché à fond, toute disposée à me laisser entraîner.
Je n’aime pas Michael Young, ce type me hérisse le poil dés que son visage apparaît à la télé……………je l’ai pourtant trouvé excellent, génial, terrible. Sans parler de Sylvie Testud en Calamity Jane………je guettais chacune de ses apparitions avec impatience.
En résumé je dirais qu’il faut aimer ce genre d’univers, et que pour ma part je me suis régalée.

dimanche 1 novembre 2009

Rions un peu

Je vous ai déjà parlé du lutin je crois………mais siiiiiiiiiii, souvenez vous…..
Vous allez voir qu’avec lui j’ai une vie trop rigolote que même des fois c’est limite un peu fatiguant. C’est pas que j’aime pas rigoler, notez bien, mais il y a des moments où franchement un peu de sérieux ne nuirait pas à ma qualité de vie.
Ce week end j’ai de nouveau fait mon baluchon pour aller assurer une garde dans la pharmacie de ma copine en Savoie.
En regardant le calendrier j’ai eu une petite appréhension en constatant que ma nuit de garde tombait pile poil sur la nuit d’halloween. L’endroit où je dors ayant tout d’un manoir hanté, aussi lugubre de jour que de nuit, je me suis dit que franchement toutes ces histoires de sorcières et de citrouilles au visage grimaçant, ça n’allait pas forcément me détendre.
Et puis je me suis fait la réflexion (pas si sotte que ça) que j’avais 38 ans, que j’étais une grande fille, cartésienne et tout et tout, que les monstres et les sorcières n’existaient pas AHAHA, même pas peur !………..à la rigueur les araignées velues, mais bon……….mieux vaut ne pas y penser.
Bref !!! j’ai déroulé mon duvet sur le petit clic clac où je commence à prendre mes habitudes………..et j’ai très mal dormi……..l’oreille aux aguets.
Ce matin, comme convenu avec mon amie, j’ai ouvert la pharma de 10 à 12 h.
Les dix premières minutes se sont passées sans aucun problème………j’ai trouvé ça prometteur. Quelques clients, des choses simples à gérer, le temps de lancer la cafetière, etc…….. j’ai même eu la folie de penser que cette journée allait être du tout cuit.
Et puis d’un coup les choses ont merdé et c’est devenu du grand n’importe quoi…..
Une vis dans le système électrique de la porte automatique, (qui tenait depuis des années par l’opération du saint esprit), a décidé de tomber précisément ce matin, bloquant ainsi le rail et toute possibilité d’entrée ou de sortie de la pharmacie……………
Moi d’un coté………..les clients de l’autre.
J’avais déjà eu mon heure de gloire dans cette même pharmacie il y a 1 an en m’enfermant à l’intérieur avec les clés à l’extérieur. Ne me demandez pas comment, c’est un peu compliqué, et ça ne met pas forcément en valeur mon petit esprit vif et pétillant. Des personnes dans la rue avaient fini par me libérer en m’entendant tambouriner dans la vitrine (et dans ce petit village il n’y a pas foule le dimanche après midi dans les rues……).
Mais là, la situation s’est avérée un tout petit peu plus compliquée. Cinq centimètres d’ouverture dans le haut de la porte pour glisser des boites et me faire entendre des clients morts de rire dans la rue........j'ai senti que j'allais aimer cette matinée.
J’ai paré aux urgences, dont la première…….du papier d’Arménie……….m’a donné toutes les raisons de penser que la notion d’urgence est quelque chose d’extrêmement vague pour une grande partie de la population. Passons…..
Un jeune homme m’a hurlé au travers de la porte, et donc en toute confidentialité, qu’il désirait un test de grossesse, et avec le même niveau de décibels je lui ai hurlé comment et dans quelles conditions sa copine devait procéder au test.
Dans ce genre de localité où tout le monde se connait, et où tout le monde est le cousin plus ou moins éloigné de tout le monde, je ne doute pas un instant que la nouvelle ait déjà fait le tour du village. Passons aussi……….
Ca n’est que 10 minutes avant la fermeture qu’un technicien de garde (lui aussi……brave homme !!) a réussi à débloquer la porte et renverser la situation.
Depuis, je suis à l’étage, au dessus de la pharmacie, dans mon manoir, et j’attends fébrilement la prochaine tuile.
Je vous ai déjà dit que j’adore mon métier ??

vendredi 30 octobre 2009

Encore....

L'automne ne va pas durer, alors j'en profite un maximum avant que les forêts ne se déplument complètement et ne s'endorment pour l'hiver.



mardi 27 octobre 2009

Portraits 2

Allez zouuu, on enchaîne sur un deuxième portrait (source d’échanges intéressants au vu des commentaires suscités par le premier).
La « spéciale »….
Je dis «la» car il s’agit généralement (sauf exception) d’une femme. La «spéciale» s’est elle-même affublée de ce surnom la première fois que vous l’avez servie.

- Je vous préviens, vous ne me connaissez pas encore comme vos collègues, mais je suis spéciale, je ne supporte rien et je suis allergique à tout !!

Voilà, avec la «spéciale» le ton est donné d’emblée, vous savez que toutes les deux vous allez en chier grave.
Elle, parce qu’elle va développer tous les effets indésirables que la notice lui aura donné l’occasion de découvrir, et vous parce que vous n’oserez plus lui conseiller le moindre granule homéopathique sans craindre de déclencher un choc anaphylactique.
Et la «spéciale» présente malheureusement la particularité d’avoir une santé fragile. On ne sait pas trop de quoi elle souffre, mais manifestement ça ne va pas.
La «spéciale» est suivie depuis des années par un médecin généraliste qui lui seul la connaît mieux qu’elle-même. Si par malheur celui-ci venait à s’absenter pour je ne sais quelle raison, c’est la panique. Le remplaçant, malgré ses diplômes, son expérience, la confiance que lui aura accordé son confrère sera de toute façon «trop jeune», «trop rapide», «trop grand» et surtout il n’aura pas l’habitude d’un cas comme elle (même dans le contexte d’une simple rhino).
La «spéciale» malgré son coté «pilier de comptoir» vous expliquera qu’elle est viscéralement «antimédicaments» (allez expliquer ça aux populations soudanaises qui ne disposent même pas d’un antidouleur pour un simple mal aux dents).
La «spéciale» poussera un cri en vous voyant déposer les 3 boites prescrites par le médecin

- Mais il est fouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !! il veut me tuer !!!! il a mis du paracétamol CINQ CENT !!!! mais c’est énnnnnoooorme, je ne vais jamais le supporter, c’est beaucoup trop.

Inutile de lui dire qu’1 milligramme de cyanure est largement plus nocif que 500 Mgr de paracétamol, les chiffres font peur à la «spéciale». Plus ils sont gros, plus c’est grave…..
La «spéciale» n’est pas désagréable, elle est sympa même parfois, et souvent elle a surtout besoin d’être écoutée.
Une constante à noter avec la «spéciale» c’est que son passage à la pharmacie s’effectuera toujours en deux temps. Le premier au cours duquel vous tenterez patiemment de la convaincre de prendre son traitement, et le deuxième 24h plus tard où elle arrivera rayonnante en vous annonçant dés la porte «je vous l’avais dit !!!! Je n’ai pas supporté, et j’ai tout vomi».

dimanche 25 octobre 2009

Automne

Quand nous nous sommes rencontrés mon appareil photo et moi (oui, j’aime à penser qu’avant d’être un achat ce fut avant tout une rencontre), nous nous sommes tous les deux fait la promesse de ne pas louper l’automne à venir.
J’avoue même que j’ai attendu ces moments avec une certaine excitation (lui aussi j’en suis sure……..mais il est moins loquace que moi, moins extraverti……c’est un pudique).
Un peu comme lorsqu’on surveille la cuisson d’un gâteau pour le retirer du four au bon moment, ni trop tôt ni trop tard (tout se joue généralement à quelques minutes), j’ai surveillé la nature et ses couleurs avec impatience.
Comme par un fait exprès, les jours où mes obligations professionnelles me retenaient derrière mon comptoir la lumière m’apparaissait justement tip top pour une virée dans les bois avec mon bel outil. Et évidement les jours de congé, j’avais droit à la grisaille, à une lumière fadasse ou trop crue……..j’ai cru un moment à un complot des éléments.
Mais Vendredi, penchée et concentrée au dessus de mon fer à repasser, j’ai bien failli louper l’heure H. Heureusement j’ai finalement levé la tête, soulevé le rideau donnant sur les montagnes et j’ai compris que c’était le moment ou jamais de planter là mon repassage……. (et sans regrets d'ailleurs)
Résultats: deux heures à vadrouiller sur les petites routes, à m’arrêter, à observer et à mitrailler…….que du bonheur…….

vendredi 23 octobre 2009

Portraits 1

Comme vous avez pu le constater la clientèle en pharmacie (et dans d’autres professions aussi j’en suis certaine) est une source inépuisable d’anecdotes et de situations improbables dont je me régale.
Je veille lorsque j’écris à ne pas donner une image ridicule de mes clients et à ne pas non plus tromper la confiance qu’ils ont en moi. Je m’amuse de leurs remarques, parfois je râle, parfois je fatigue aussi, mais aucune de leurs confessions, graves, ou pudiques ne s’est jamais retrouvée sur ce blog. Je ne mets en avant que la partie légère et drôle de ma profession, le reste n’a pas sa place ici.
Ce préambule me semblait nécessaire avant d’attaquer une petite série de portraits des clients que l’on peut rencontrer derrière nos comptoirs d’apothicaires.
Je les dispatcherai au fil de mon inspiration et je vais commencer dans un premier temps par le plus connu, le plus classique, celui que tout pharmacien néophyte est capable de reconnaître au premier coup d’œil………le «MGEN».
Dans un premier temps je tiens à souligner que je n’ai aucune animosité envers l’éducation nationale, bien au contraire. Je parcoure régulièrement les blogs de nombreuses blogueuses profs ou instit, et je me régale. Tous les membres de l’éducation nationale sont très très loin d’avoir ce comportement, en revanche quand un de nos clients se comporte ainsi nous sommes certains de découvrir en ouvrant son dossier tiers payant que sa caisse primaire est la MGEN (celle de l’éducation nationale). D’où son surnom……

Le MGEN a déjà lu et analysé son ordonnance avant de vous la présenter. Il a noté dans la marge ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas et commente généralement ses choix et la pertinence de ceux du médecin.
Le MGEN déplore qu’il faille aller voir un médecin pour lui prescrire ce dont il sait qu’il a besoin car le MGEN sait ce qu’il a. En règle générale le MGEN est adepte des médecines douces, homéopathie, phytothérapie, et tout ce qui se termine en «ie ». Le souci c’est qu’il en sait souvent plus que vous sur le sujet (et c’est vrai) mais qu’il a toujours des tas de questions extrêmement pointues à vous poser. Du coup le MGEN vous procure souvent le sentiment désagréable d’être interrogée au tableau alors que vous n’avez pas révisé la leçon.
Le MGEN ne dit rien quand il apprend que tel ou tel produit n’est plus remboursé. Il soupire………lève les yeux au ciel………mais prend quand même.
Le MGEN sait ce qu’est un excipient et veut savoir si ceux du générique sont les mêmes que ceux du princeps (l’original). C’est le seul à vous demander ça.
On ne dit pas à un MGEN, «Il s’agit d’une préparation hyperproteinée», il le sait, il sait lire c’est écrit sur la boite………d’ailleurs il vous le dit…………, ce qu’il veut savoir c’est de quelles protéines il s’agit, végétales ? Animales ? En quelles proportions………et franchement vous êtes bien enmerdée…….
Le plus drôle avec le MGEN c’est que vous avez souvent le sentiment d’avoir été terriblement nulle, mais finalement pas tant que ça car il revient toujours……

J'aurais voulu l'écrire....

Cette chanson.....elle me parle.......vraiment !

Découvrez la playlist Da silva avec Da Silva

jeudi 22 octobre 2009

Paroles de nullipare

J’ai toujours trouvé mes neveux particulièrement agréables et bien élevés. Sooont trop choux mes choupinous.........
Et ce matin je viens d’en comprendre les raisons en tombant sur un portrait de ma filleule exposé sur le blog de mon frère.
Un soupçon de fermeté, du matériel sympa (quoique un peu encombrant), et c'est la garantie que votre môme filera droit……….
Qu’on ne vienne plus me dire qu’élever un enfant à notre époque est beaucoup plus compliqué qu’avant……..il suffit juste de s’en donner les moyens.

lundi 19 octobre 2009

Glisse......

Dans la série «je dépoussière mes vieux textes» et comme promis à Mahie, voici à nouveau un petit quelque chose que j’avais écrit pour le journal familial que rédige ma mère afin de présenter le club de ski dont je fais partie depuis maintenant 3 ans.
Pour les inscriptions, écrire au journal qui transmettra…….

N’est pas Marielle Goitschel qui veut…….
Pour tous les non initiés qui n’ont du ski que l’image des «Bronzés», skier relève du loisir fun et rigolo entre deux verres de vin chaud .
Je ne leur jette pas la pierre…….j’ai moi-même longtemps cru ça et ce malentendu a été déterminant dans ma vie puisqu’il est à l’origine de mon installation en Isère………..oué……bon, notons que je ne le regrette pas hein !!! Même si finalement, du vin chaud on en trouve partout.
Bref !! Skier, contrairement aux idées reçues, ça ne rigole pas, c’est une affaire sérieuse et avant de me lancer pour de bon (c'est-à-dire un peu plus souvent que 2 fois par an), il m’a d’abord fallu quelques années pour réunir au même moment et au même endroit tous les accessoires indispensables à cette activité et qui vous font parfois regretter de ne pas avoir plutôt choisi le ping-pong.
Il y a eu l’année où j’avais les chaussures mais pas les skis, puis l’année où j’avais enfin les skis mais plus les sous, enfin les sous mais pas la neige, la neige mais plus les sous, etc….etc…
Cette année enfin j’avais tout (pour les sous…….ne nous emballons pas…) ! Et pour faire les choses comme il faut et me motiver les jours de mauvais temps je me suis inscrite dans un club de ski (quand on se saigne pour payer une cotisation, qu’il pleuve, qu’il neige, ou qu’il vente……ON SKIE !! et avec le sourire).
J’ai donc découvert la décoiffante ambiance du ski club de L**l, petit village isérois que personne ne connaît.
Il faut savoir qu’à L**l le ski est une institution et se pratique avec passion. Pas question de grasse matinée en saison. Départ 6h30 précise tous les dimanches matin quoiqu’il arrive…...
Il est de notoriété publique que je déteste me lever tôt……..je ne ferai donc aucun commentaire sur ce point douloureux.
Les L**liens (je ne sais pas si on les appelle comme ça), sont des gens joyeux et festifs…….voir un soupçon fatigants ……. même à 6H30 du matin !!!!.Les cars surexcités des colonies de vacances ne sont que la version sinistre et triste de ce qu’ont été chaque dimanche matin, les départs de L**l.
Le skieur de base est gourmand, voir gourmet……. Le skieur L**lien est vorace et paillard. Chaque arrivée en station est accompagnée d’un copieux festin destiné à se donner des forces pour le restant de la journée. Tartes, terrines, sandwichs aux pâté, saucissons, le tout accompagné d’une rasade de vin rouge (ça réchauffe)…………je ne vous cache pas que je me suis sentie un peu pathétique le premier matin avec ma barre de céréales énergétiques.
Une fois repu tout le monde s’éparpille dans la montagne pour la journée.
Il y a les féroces qui ne quittent leurs skis que pour remonter dans le car le soir, quitte à friser l’épuisement (mais je n’ai pas eu l’occasion de voir un L**lien épuisé), il y a ensuite les gens comme moi qui alternent ski, pique nique, ski, vin chaud, ski, goûter, ski….etc…..et puis il y a enfin ceux qui ne montent sur leurs skis que pour glisser jusqu’au restaurant le plus proche où les attendent raclette, tartiflette, fondue, ou autre spécialité savoyarde.
Ce sont ceux là même qui seront les premiers au car pour le retour, afin de découper les gâteaux, cakes et tartes et déboucher le cidre (pour les dames) et le rouge (pour les couillus), afin de ne pas repartir le ventre vide……
Les 2 heures de route nous ramenant à L**l sont alors l’occasion de vider le frigo du car (faut pas gâcher !!) en liquidant toutes les bouteilles apportées par chaque skieur désirant contribuer à la joyeuse ambiance.
Cette saison de ski m’aura permis de faire de significatifs progrès (je passe maintenant partout….mais avec un bon verre de vin chaud n’importe qui passe partout) et de prendre quelques kilos…………

dimanche 18 octobre 2009

Tout de même...

.........J’ai fini par la faire cette soupe maison………et je me suis vraiment régalée.
Et puis dans la foulée, pour ne pas gâcher cette énergie inespérée, comme j’avais des prunes et des pommes, j’ai enchaîné sur un gâteau……….mouâââârffff.
On oublie les light résolutions, on mange tout ça, et on refait le point ensuite…….

vendredi 16 octobre 2009

In bed with Lili

Ou comment avoir des matinées de congé trooooop stressantes que même des fois je me demande si un jour je ne vais pas friser l’ulcère.
Je vous préviens c’est du violent……âmes sensibles s’abstenir.

Se réveiller toute seule comme une grande, sans bip, sans dring, sans rien, et réaliser en soupirant béatement que c’est un jour de congé.
Ecouter à l’extérieur dans la rue les bruits lointains de ceux qui n’ont pas cette chance et partent travailler. Disparaître sous la couette où il fait si bon.
Pouffer dans l’oreiller en repensant à la soirée de la veille et aux bonnes résolutions (une tasse de thé et un bout de fromage) balayées après une journée fatigante et stressante (finalement pizza au St Marcellin ET à la crème avec un petit rosé bien sympa). On pouffera moins sur la balance tout à l’heure, mais bon…….meeeerde quouuuâââ……
Faire le point sur la journée qui se prépare. Établir une liste des choses à faire. Soupirer et s’enfoncer davantage dans le matelas.
Tenter une sortie pour aller ouvrir les volets. Réaliser que dehors l’air est glacial. On ne fait pas encore de la buée en soufflant dans l’air à la fenêtre, mais on n’en est pas loin.
Courir vers le lit et disparaître à nouveau sous la couette.
Revoir à la baisse le programme de la journée et visualiser les priorités. Avec le recul décider qu'il n’y a pas vraiment de priorités…………soupirer de bonheur…….
Penser au repas de midi, se dire que puisqu’il n’est pas trop tard on pourra préparer une soupe faite maison pour ce soir, et une ratatouille pour ce midi.
Vérifier qu’il fait bien chaud dans TOUT le lit………..
S’assoupir.
Se réveiller et regarder l’heure…………pour la soupe, c’est moins sur………
Décider de faire couler un bain et puisque aujourd’hui il n’ y a pas le feu d’en profiter pour faire un masque.
Hésiter longuement en regardant pensivement les rayons du soleil traverser la chambre sur le soin qu’on choisira. Décider que ce sera un masque hydratant.
Courir dans la salle de bain allumer l’eau, et croiser son reflet dans la glace……………non, finalement ce sera un masque «coup d’éclat»……
Recourir sous la couette en attendant que la baignoire se remplisse lentement.
Allumer le PC portable et envoyer quelques mails.
Regarder l’heure et décider que pour le repas on se rabattra sur le congélateur.
Prendre son courage à deux mains et se traîner vers la salle de bain pour aller se plonger dans l’eau brûlante. Exxxxtase…..

Je vous avais prévenu, c’est à la limite de l’insoutenable…….

mercredi 14 octobre 2009

Histoire impossible...

Aujourd’hui au comptoir

Alors que je termine de le servir un client se penche vers moi

- Vos petites nattes me font troooop vibrer, j’adoooooore.

Coup d’œil rapide sur son dossier. Son prénom commence par un «L» et il est d’origine italienne.
Ça va pas le faire……….

- Au suivant s’il vous plait......

dimanche 11 octobre 2009

Soupiiiir

Encore un week end savoureux……………décidément, ça devient une manie.
Rendez vous familial dans l’Yonne près d’Auxerre, pour fêter les 110 ans cumulés d’une cousine et d’une tante, et donc beaucoup de plaisir à tous se retrouver dans un petit hôtel charmant perdu au milieu des couleurs de l’automne et à deux pas des vignes de Chablis……..un régal.
J’aurais voulu marcher un peu plus dans la campagne pour mitrailler la nature sublime sous les lumières de fin d’après midi, mais le temps est passé affreusement vite……..comme tous les bons moments en fait…….

samedi 10 octobre 2009

Oracle

J’avais dit que je vous raconterai……..
Hier soir je suis allée manger dans un restaurant libanais dont l’attraction principale n’était pas le menu, mais un petit bonhomme rondouillard, ridé et fripé comme une vieille pomme oubliée depuis des lustres dans un coin de la cuisine, et qui a passé une grande partie de la soirée assis au fond du restaurant à égrener entre ses doigts les perles d’un collier qu’il tenait à la main.
Nous étions là pour lui………
Cet homme lit l’avenir dans le marc de café et accorde, selon sa disponibilité, des «consultations» pour le prix……..d’un café.
Autant vous dire que le staff féminin de la bande attendait ce moment avec impatience en croisant les doigts pour qu’il ait du temps à nous consacrer.
Coup de pot…….nous avons eu droit à notre séance de voyance !
Vouloir connaitre son avenir dans le marc de café implique la dégustation d’un café à la cardamone, épais et…………particulier (il faut s’accrocher….). Je ne referai pas ça tous les jours…….
Puis notre pythie est venue s’assoir à notre table.
En voyant ses petits yeux, noyés dans ses rides et ses cernes, je me suis demandé ce qu’il allait bien pouvoir lire et surtout voir au fond de ma tasse.
Déjà pour commencer, au cours de sa démonstration pour faire couler le marc le long des parois il a mélangé les tasses et au final a lu mon avenir dans celle de meilleure coupine……bu par le prince (car trop infect). J’ai senti immédiatement qu’on allait s’égarer……..
Je vous livre ici en vrac les prévisions me concernant dans les 6 prochains mois…………
En bref, je vais péter les plombs et ma vie va prendre un virage à 180 °. Je vais plaquer ma petite officine de campagne pour me lancer dans la recherche, déménager dans une grande ville, et concevoir des jumeaux avec un type d’origine espagnole dont le prénom commence par «J» (Jérôme, Jean François, Jasper, Jojo………..je compulse fiévreusement mon carnet d’adresse, y’a pas de mâle disponible et susceptible de me faire tomber en pamoison à la lettre «J»).

Et, précision importante de sa part avec un sourire affectueux dans ma direction «je ne dis pas tout ça pour vous faire plaisir……. »

Encore heureux………

vendredi 9 octobre 2009

Ecole buissonnière

Ça n’était pas prévu, mais ce matin vu le peu d’affluence à la pharmacie j’ai décidé de demander mon après midi…….et je l’ai eu……
Du coup j’ai pris le temps………
Le temps de faire l’un de mes plats préférés et de le regarder mijoter sans surveiller ma montre, le temps de siroter mon café au fond du canapé en regardant un téléfilm à l’eau de rose (j’ai ééééévidement versé mon quota de larmes……….on ne peut pas dire que je m’arrange avec l’âge mouâ), le temps de traîner, d’appeler une amie, le temps de perdre mon temps avec une totale et suprême délectation.
Bref ! Une petite injection de plaisir après 2 semaines stressantes et assez agitées.
Et ce soir je prolonge avec un restau entre amis sur Grenoble où mon avenir m’attend dans le marc de café (je vous raconterai)……..
Le wouick end commence youplaboum !!!

jeudi 8 octobre 2009

Mots doux

Aujourd'hui au comptoir.
Une cliente arrive et dépose un paquet d'ordonnances devant moi

- Voilà ma jolie chérie, j'ai du travail pour vous.....

C'est sur que présenté comme ça...........

lundi 5 octobre 2009

Soucis....

Ardente militante de la vie en solo j’aurais tout de même 2 ou 3 réserves à formuler……..à contre cœur.
Bien que fermement agrippée à mon état de célibataire, n’y voyant généralement que les avantages, il m’arrive parfois à mon grand regret de me heurter à quelques limites légèrement enquiquinantes.
Ma tenue vestimentaire par exemple…………
Oui! C’est ballot, mais un jour comme aujourd’hui j’aurais bien aimé avoir quelqu’un at home pour me dire «Whaouuu !! C’est chouette ce que tu portes, c’est sympa» ou alors «P’taiiiin, tu ne vas pas sortir habillée comme ça !!».
Je ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler une originale dans ma façon de m’habiller, mais il m’arrive certains matins d’avoir des bouffées d’envie de fantaisie et de tenter des trucs hasardeux qui dans l’intimité de ma salle de bain me paraissent follement ébouriffant et dans le vent, jusqu’à ce qu’une fois dans la rue le doute me ronge lorsque je me demande si toutefois je ne serais pas tout simplement grotesque………
Meilleure coupine à plus de 20 Kms, Poufpouf hors ligne, mon frère……n’en parlons pas, il ne me reste que la grande glace de l’ascenseur de l’immeuble pour aller courir discrètement voir ce que ça peut bien donner (c’est comme ça qu’à l’étage au dessus on se demande pourquoi ce foutu ascenseur reste bloqué au 2ième………la voisine fait des essais merde !).
Cela dit, quand l’amoureux gravitait encore dans ma vie, on ne peut pas dire qu’il était d’un précieux conseil………je crois même aujourd’hui avec le recul qu’il s’en foutait carrément.
Bon, l’avantage (positivons) c’est qu’autant à 15 ans une erreur de jugement dans sa tenue peut nous faire passer pour une nase, voir une has been, autant à presque 40 ans on passe juste dans la catégorie «originale», pas toujours facile à assumer…….soit !.
Mais on en est pas là……..pas encore………..enfin j’espère……

Ce matin.....

.....quand j'ai ouvert les volets, le ciel valait bien une photo........

dimanche 4 octobre 2009

Dimanche gourmand....

Une chouette journée aujourd’hui avec Melle C, Meilleure coupine et son prince. Bref, que du beau monde…….
L’occasion de m’activer en cuisine, de tester de nouvelles recettes, et d’observer les réactions de mes convives.
Il semblerait que mon entrée n’ait pas occasionné de pertes dans les rangs car personne n’a quitté la table en courant. L’ambiance est restée conviviale et détendue jusqu’au bout…..
Légères, idéales pour une mise en bouche avant une suite plus consistante, je vous propose mes verrines de courgette au yaourt. A chacun de modifier ensuite la recette en jouant par exemple sur les épices.

Ingrédients : (pour 4 personnes)
1 courgette, 1 Fjord, 1 œuf, muscade, ciboulette, 1 jus de citron, quelques pignes de pin.

Faire cuire à l'eau bouillante une courgette non épluchée et coupée en dés, mixer le légume égoutté et parfumer de muscade. Saler, poivrer.
Battre le Fjord, ajouter le jus de citron, du sel et du poivre.
Faire cuire l’œuf et récupérer le jaune cuit. Emiettez le entre les doigts, rajoutez la ciboulette.
Disposer au fond de chaque verrine la courgette mixée, puis recouvrir avec le Fjord et parsemer du mélange œuf ciboulette ainsi que des pignes de pin.
Garder 1 h ou 2 au frais.

Les traînées blanches dans le velouté vert se font en enfonçant un manche de petite cuillère au bord de la verrine. Bon, pour cette première fois mes trainées ont un peu merdé.......


Recette trouvée ici

vendredi 2 octobre 2009

Voisinage

Rencontre avec ma voisine de palier ce soir (nos deux portes se font face).
Elle frise les 90 ans, veuve, sans enfants, un neveu à plus de 3 heures de route, pas d’ordinateur, donc même pas Internet, cette femme vit à mes yeux dans un dénuement affectif total et souffre, je pense, de solitude (pas d’ordinateur je le rappelle !!!!!!!!! l’horreur quoi).
Bon ! Elle possède un appartement à Monaco où elle se rend 6 mois par an, elle est propriétaire dans notre résidence de rêve, le dénuement ne semble donc être que d'ordre affectif.
Cela dit je l’aime bien………et à chaque rencontre je prends poliment des ses nouvelles.

- Comment allez vous Madame D ? (je connais la réponse qui est invariablement la même)
- Oh ! et bien pas très fort…………..
- Ah ? (masque de surprise et de compassion)
- Ouiiii, et l’autre jour ça n’allait vraiment pas, à tel point que j’ai failli aller vous chercher
- Aah ? (là ça m’inquiète car j’ai une réelle sympathie pour elle)
- Une grosse crise d’angoisse, avec de la tachycardie, vraiment j’ai été à deux doigts de vous appeler
- Maiiiiiiiis Madame D il ne faut SURTOUT PAS hésiter quand ça ne va pas !!!. Je suis juste à coté et en aucun cas vous ne me dérangeriez si vous ne vous sentez bien !!!
- Oh ! vous êtes bien gentille et c’est bon à savoir, parce que ça a quand même duré de 1h à 5h du matin………..
- ?????? 1h du matin………..Ah ! quand même……………..mais euuuuh en cas d’urgence je suis là hein……..

PS : Mon Dieu, vous qui me lisez, ne me mettez pas à l’épreuve, je suis une chic fille prête à rendre service au moindre coup de sifflet, mais siouplé……….paaaaaaas la nuit !!!!!!!

Faites passer le clairon.....

Un truc qui m’agace (et croyez moi le mot est faible !!), c’est que toute la semaine chaque réveil est un supplice où je dois me débattre avec le sommeil et les petites voix dans ma tête, aussi bruyantes qu’un jour de crash à la bourse, criant toutes à la fois des informations contradictoires :

- C’est pas la sonnerie du réveil, dors tranquille
- Mais siiiiiiii, debout ! debouuuut !!!
- Mais non, c’est un sifflement dans la rue
- Te bile pas c’est le compte à rebours d’une fusée, ça ne te concerne pas
- p’taiiiiin les écoute paaaaas, deboooout !!!
- Arrêtez de déconner les gars, elle se rendort……
- Boaaarrrffff on peut rigoler un peu encore, son réveil est conçu pour sonner toutes les 9 minutes durant 1 heure
- Oué, sauf que là ça fait une heure qu’il sonne
- Mais c’est pas son jour de repos aujourd’hui ? quelqu’un peut vérifier ?
- DEBOUT !!!!!!!!!

Bref, chaque matin c’est la sarabande autour de mon lit, et ça m’oblige à prévoir très large pour avoir un maximum de chance d’être à l’heure à la pharmacie.
Mais ce qui m’agace vraiment, mais VRAIMENT, c’est que lorsque je ne travaille pas, à 7h pétante (heure du réveil), je suis dans mon lit, fraîche et dispose, les yeux grands ouverts, prête à me lever, alors que les petites voix doivent sans doute pioncer de tout leur cœur afin de profiter au maximum de la grasse matinée.
C’est quoi cette organisation merdique ? je vous le demande un peu……..

jeudi 1 octobre 2009

Héhéhéhéhé.........

D'après vous qui est qui ?

mardi 29 septembre 2009

Tic ou toc ?

Ce soir après la fermeture de la pharmacie je suis allée faire mes courses à carrouf.
Ouiiiiiiiiiiii, je pourrais m’acquitter de cette corvée lors de mes jours de congés mais je trouve cela tellement pénible et rasoir qu’afin de ne pas gâcher mes moments d’extrême béatitude lorsque je ne travaille pas, je préfère traverser les rayons du supermarché ventre à terre à 20h le soir menacée par la voix suave et angoissante du haut parleur.

- «notre magasin ferme ses portes dans 30 minutes !! Merci de bien vouloir regagner les caisses».

Ca me stresse, je jette les produits dans mon caddy le regard fixé sur ma montre en murmurant des «ouiii, ouiiiii, je me dépêche», mais après une journée à galoper dans mon officine, un soupçon d’énervement en plus ça se voit à peine sur la facture le soir lorsque je m’écroule dans mon lit.

Rapide, froide et efficace j’arrive au rayon des œufs où je saisie une boite que j’inspecte rapidement (sinon il y en a toujours un de cassé pour ma pomme). Mon regard est alors attiré par un couple à 1 mètre de moi qui semble particulièrement occupé.
La nana a devant elle plusieurs boites ouvertes dont elle trie consciencieusement les œufs. Lui semble au bord de la crise d’apoplexie et je l’entends murmurer.

- P’taiiiiiiiiiiiiinnnnnn ! mais kessss tu fous ???? un œuf c’est un œuf meeeerde ! t’as besoin de les trier et de les échanger comme ça ????
- Et elle :………………..je veux qu’ils soient tous de la même couleur !!! ça fait plus joli dans mon frigo
- P’taiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !!!!!

Il sont pas couchés les malheureux…………..

lundi 28 septembre 2009

Pfiou..

Dure journée………..
Rien d’insurmontable, rien de terrible, rien que je ne sois pas capable de supporter, mais dure journée quand même………….
Ça a fait du bien de pousser la porte de l’appartement ce soir………….

dimanche 27 septembre 2009

Why me ?

Il m’arrive parfois de me demander si un petit lutin facétieux ne dirigerait pas ma vie en tirant de temps à autre deux ou trois ficelles histoire de pimenter des moments bien précis de mon existence où je n’aspire exclusivement qu’au calme plat et à la normalité (si ça existe……..ce qui reste à prouver).
Quand je parle de «moments bien précis» ce sont des situations de ma vie où je me retrouve dans un fragile équilibre où le stress peut me tomber dessus à tout moment.
Généralement ces moments sont liés à mon travail car le reste du temps je n’ai pas vraiment un tempérament à m’affoler rapidement (sauf exception).
Mes collègues de travail partagent d’ailleurs avec moi ce doute, concernant l’existence du lutin.
Il suffit que mon employeur disparaisse au bout du monde en me laissant la responsabilité un poil stressante de l’officine pour que les choses partent en sucettes à l’insu de mon plein gré.
En 10 ans d’exercice dans la même pharmacie j’ai essuyé 2 débuts d’incendie, géré 2 œdèmes de Quincke au comptoir avec pompiers et tout le binz, une tentative de suicide……re pompiers, une inondation, la clim rendant l’âme durant la canicule (nous devons maintenir les médicaments à moins de 26 °C), le frigo rendant à son tour l’âme avec tous les vaccins dedans (c’est plus rigolo…..vive les assurances), etc…..etc……et j’en passe…..
Un samedi avec moi au comptoir comme unique responsable c’est une promesse de franche rigolade si le lutin s’en mêle.
Et là, je ne vous cache pas que je passe un week end particulièrement savoureux.
Afin de dépanner une bonne copine qui possède une pharmacie et qui a du s’absenter, j’effectue une garde dans un petit village de Savoie.
J’ai installé mon bivouac hier soir au dessus de son officine (il y a un petit appartement luguuuubre) après une journée de travail dans celle où j’exerce habituellement.
Ca n’est pas la première fois que je travaille pour elle. L’an dernier alors qu’elle était enceinte jusqu’aux dents j’étais venue passer deux fois une semaine dans cet appartement où j’avais particulièrement souffert du froid.
Une garde dans une officine que l’on connait à peine, dans un secteur géographique où l’on n’a pas l’habitude des médecins, avec un logiciel différent, c’est toujours un peu angoissant.
Ca permet de se remettre en question (c’est l’avantage) mais la phrase qui tourne en boucle au fil des heures qui passent c’est «pourvu que tout se passe bien» «pourvu que je sois à la hauteur» « pourvu qu’il n’y ait rien d’exceptionnel à gérer» «pourvu qu’il n’y ait pas d’araignées dans l’appart».
Mon amie qui m’accorde une confiance que j’espère mériter m’avait dit lors de ma première garde «tu verras c’est hyper tranquille !!!!»
En effet, réveillée à 2 h du matin par un médecin surexcité cherchant désespérément une sonde pour un malade………….j’avais passé une nuit assez exceptionnelle à retourner la pharmacie.
«C’est incroyable c’est la première fois que ça arrive» m’avait elle dit.
Hier avant d’attaquer ma garde elle me téléphone et me dit en rigolant «bon, depuis ta sonde il n’y a plus jamais eu de cas de ce type, c’est toujours hyper calme, tu verras !!!».
La nuit a effectivement été tranquille, bien que je n’ai dormi que d’un œil, mais quand j’ai ouvert l’officine ce matin la foule m’attendait avec son lot de surprises.
Première ordo, Morphine, et doses ahurissantes d’anti inflammatoires à provoquer un ulcère rien qu’à la lecture………….
La gestion des morphiniques il faut savoir que c’est que du bonheur en officine………..clé cachée dans un endroit hors d’atteinte, puis coffre planqué au fin fond d’une cave au plafond bas, etc…….sans parler de la délivrance qui prend des plombes.
Bien ! client suivant…………Le pactole, la baraka, le truc dont je rêvais, un cas probable de grippe A à la maison de retraite du coin et une vingtaine d’ordonnances de tamiflu tombant sur mon comptoir sous mes yeux stupéfaits.
Alors moi je dis : Rhâââââââââââââ !!!!!! ça pouvait pas attendre Lundi les catastrophes ??????????

jeudi 24 septembre 2009

Attention risque de chutes.....

Vous allez voir aujourd’hui que c’est trop cool d’avoir une pharmacienne dans la blogosphère. Grâce à mes lumières vous allez disposer d’une information précieuse dont je suis sure que vous ferez bon usage.
Hier soir j’ai assisté à une conférence concernant la vilaine grippe, qui réunissait un maximum d’apothicaires inquiets de gérer les promesses d’hystérie collective.
Aloooooors, afin de diagnostiquer au plus vite les premiers symptômes on nous a décrit les choses ainsi

- c’est exactement comme si vous receviez brutalement une armoire normande sur la tête !

La dernière fois que je me suis ramassée une armoire sur la tête c’était il y a longtemps car je ne m’en souviens plus………..et je doute qu’elle était normande…..

NB : Sans rire maintenant.
Symptômes d’apparition brutale et donc assez violents avec fatigue qui coupe les jambes. Attention en particulier aux femmes enceintes à qui je conseillerais vivement de s’isoler si des cas devaient apparaître dans leur entourage.
Cette grippe n’est pas dangereuse pour les biens portants et l’unique risque les concernant est ce que l’on appelle «le poumon grippal» (1 cas sur 100), c'est-à-dire une réaction exagérée et inappropriée du système immunitaire dépassant totalement l’organisme.

mardi 22 septembre 2009

Tout est relatif..........

Ce matin au comptoir
Je délivre une ordonnance pour une cliente.
Paracétamol 1 gr, 1 comprimé 3 fois par jour durant un mois sachant qu’une boite contient 8 comprimés. Je fais mon petit calcul en extirpant discrètement ma calculatrice de la poche (oué je sais, je pourrais le faire de tête, mais j’ai regardé Dc House jusque minuit hier soir et ce matin je n’ai pas la lumière à tous les étages). Onze boites donc à donner…………
Ma cliente me voit arriver les bras chargés.

- Oulalalalalaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa, 11 boites !!!!!! mais c’est beaucoup trop, il est fou ce docteur !!!! je n’en prends pas tous les jours.

- Je peux en mettre moins si vous voulez.

- Oulalaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa oui !!!! qu’est ce que je vais faire avec 11 boites moi ?.

- Bien ! j’en mets combien alors ?

- Et bien…………mettez en 10 !!

- …………….

(Lili en son for intérieur): OK, c’est déjà largement moins encombrant…….......on a bien fait d'en parler.

dimanche 20 septembre 2009

Bridget et moi.......

Comment prendre conscience de ses limites et accepter l’idée que finalement on a indéniablement un coté très «blonde».
Suivez moi bien......

- Bondir de joie au milieu du salon en réalisant que ce soir passe à la télé «le journal de Bridget Jones»

- Décider de passer une soirée très «fille» avec paquets de mouchoirs à proximité pour pleurer sans retenue comme une ado prépubère à chaque passage du beau Marc Darcy.

- Décider aussi de regarder ce morceau d’anthologie du cinéma dans le bureau sur le PC portable, grâce à ADSL TV, afin de pouvoir tout de même bricoler sur le gros zordi en même temps (on est geek ou on ne l’est pas…….)

- 2 minutes avant le début du film lancer le programme ADSL TV très fière d’être pour une fois dans les temps et furieusement organisée.

- Réaliser avec stupeur qu’on ne trouve pas TF1 sur le logiciel.

- Faire défiler nerveusement TOUTES les chaînes du monde entier en jurant comme un charretier.

- Ne pas parvenir à se décider à aller allumer la télé dans le salon loin du gros zordi.

- Se précipiter sur google et taper « TF1 sur ADSL TV bordel de merde !!! »

- Lire en diagonale tous les forums sur le sujet en pestant à l’idée de louper le début

- Apprendre, déconfite, qu’ADSL TV ne diffuse plus TF1 pour des raisons fumeuses, et ce depuis 3 ans.

- Hurler au plafond qu’on est maudite…………..

- …………….

- Et réaliser qu’on a le DVD posé sagement dans la bibliothèque n’attendant qu’un geste pour être inséré dans l’ordi………

Où sont les mouchoirs ?

Note pour les blondes que je ne veux pas froisser : à l’origine je suis blonde…….une vraie !

vendredi 18 septembre 2009

Une affaire....

Ce matin au comptoir, une cliente……

- Bonjour, je voudrais un thermomètre, le moins cher……si possible.
- J’ai celui-ci, 6€90, affichage digital, rapide.
- Ah……et il marche ?
- Non !
- ??????????
- Mais c’est le moins cher……..on ne peut pas tout avoir…

Franchement je n’ai pas pu résister………et heureusement elle avait de l’humour.

mercredi 16 septembre 2009

Quand je serai grande.....

.......je serai Meryl Streep.............tout pareil...........
J'ai vu le film "Mama Mia", et franchement je l'ai bien aimé, mais sans qu'il me secoue comme certains films qui me laissent scotchée au fond de mon fauteuil.
A part cette scéne........retrouvée sur le net pour mon plus grand plaisir.
Peut être parce qu'elle me rapelle les Cyclades, la mer, mes vacances il y a 1 an......

mardi 15 septembre 2009

Clin d'oeil à mon beauf.....

Avant de me lancer dans l’aventure du blog (j’ai d’abord hésité de nombreuses années), et à défaut d’écrire pour des inconnus et de mettre mes lignes sur la toile, j’écrivais pour moi-même.
Une scène rigolote dans la rue, une expérience particulière, un sale coup aussi parfois, et hop ! Il fallait que je l’écrive quelque part pour en rire, pour prendre du recul, pour m’amuser……
Lorsque le résultat me plaisait je l’envoyais ensuite à mes proches, pour les faire sourire.
C’est comme ça que mon beau frère a un jour reçu ce texte que je viens de retrouver en rangeant mon ordinateur (oui ! ça se range un ordi….).
Ludo était le mari de Poufpouf et malgré la distance qui nous séparait il ne prenait aucune décision concernant sa santé ou celle de sa fille aînée (il n’a pas eu le bonheur de voir naître la seconde) sans me consulter.
Qu’il s’agisse d’un vulgaire rhume ou d'une pathologie plus grave, dans la rue devant sa pharmacie il m’appelait toujours au préalable pour que je lui indique quoi demander.
Une fois le produit acheté il me demandait ensuite comment le prendre (à croire qu’il l’avait volé dans un rayon sans rencontrer un seul membre du personnel de sa pharmacie habituelle).
C’est comme ça que suite à un samedi peu ordinaire j’ai écrit ce texte pour qu’il prenne toute la mesure de mon dévouement de belle sœur.


La Tanternité


Samedi soir, 18h, fin de journée, fin de semaine, votre pharmacienne préférée, harassée, vidée, exténuée d’avoir dispensé conseils et sourires tout au long des dernières heures, guette du coin de l’œil la grande aiguille de l’horloge qui n’en finit pas de traîner malgré la trotteuse qui galope joyeusement vers la fermeture, le week end, l’apéro, la grasse mat etc……..
Les ordonnances se suivent et se ressemblent :

- « 1 cpmé trois fois par jour aux repas » -
- « à quel moment ??? »
- « aux repas madame ! »
- « Ah ? avant le repas, ou après ? »
- « ……pendant le repas tout simplement……. »
- « Ah ??? donc au milieu ? »
- « voilàààààààààààà !!!!! »
- « Et si je ne mange pas ?????? »
- ……
- ……
- « ……….on vous a parlé de la forme suppos ?????? ».
- Fin de la conversation

Bref !!! le quotidien suit son cours…………quand………….tout à coup…………un homme sublime, jeune, souriant, totalement inespéré à cette heure de la journée et dans un tel endroit (ben oui !! bâti comme ça on doit péter la santé, qu’est ce qu’on fout Nom de dieu dans une pharmacie ?) arrive avec une ordonnance.
Tout le monde l’a vu et la plus rapide de nous toutes a déjà son ordonnance en main.

- « C’est pour une ceinture de soutien lombaire, il faut prendre des mesures »

Là j’interviens. JE suis la RESPONSABLE. Prendre des mesures n’est pas anodin, on peuuuut se tromper et du coup donner la mauvaise taille, et donc le mauvais soutien……..ouiiiiiii…….Poussez vous les filles il est pour moi !!!!! Vous n’aviez qu’à faire de longues études, bosser tous les mois de Mai vos partiels au lieu de regarder Roland Garros.
Ma mère me l’avait dit « décroche un diplôme ma fille, tu ne le regretteras pas ». Je comprends enfin aujourd’hui !.
Prendre des mesures n’est habituellement pas le meilleur moment de la journée. Entraîner un petit gars bedonnant dans une pièce isolée, tout émoustillé en nous entendant ordonner froidement «déshabillez vous !!», ou bien découvrir les jambes poilues et variqueuses d’une petite octogénaire chancelante qui va menacer de s ‘effondrer dés qu’on va lui lever la jambe, bref !! ! !!! Ça n’est généralement pas l’extase !!!. (et afin de ménager la sensibilité de mon lectorat je n’aborde même pas le délicat sujet des hernies inguinales)
En revanche, neutraliser ce magnifique gaillard à l’aide de mon mètre, et admirer ses beaux pectoraux que l’on devine déjà sous son tee shirt me met de terriblement bonne humeur.
Je lui ordonne donc de me suivre dans le labo (qui est notre salle d’essayage) et le plus professionnellement possible, l’air de rien, lui demande d’ôter le haut quant une voix derrière moi m’arrête.

- « Liliii !!! Téléphone pour toi ! ».

Je ne me retourne même pas, notre homme est torse nu, toujours aussi souriant, et je découvre au même moment qu’il a des yeux bleus à tomber par terre. Il attend, il semble à ma disposition, je vais me régaler.

-« Ca doit être ma mère, dis-lui que je la rappelle plus tard »

Je me rapproche, et pose mes mains sur sa taille (pour prendre les mesures, je le rappelle !!)

- « euuuuuh non, c’est un homme….. »

Alors là mon geste s’arrête et je me retourne brutalement. Ce samedi soir prend une tournure bigrement intéressante. A ma gauche un merveilleux spécimen de muscles et de jeunesse, et à ma droite, au téléphone, un homme qui n’est pas ma mère et qui veut ME parler !!!!!. Va falloir gérer. Lili reste zen !
D’un sourire, que je veux époustouflant, je lance un «une minute s’il vous plait, je suis à vous tout de suite» dans la direction de mon client qui va finir par prendre froid, et d’une voix que j’espère chaude et sensuelle je murmure un «Alllllloooooooooo ???» au combiné.

- «Lili ? C’est Ludo, Pomponnette a la diarrhée !!!! keskonfé ??????»


En 1 seconde, exit le beau mâle, oubliées mes idées de viol sur les caisses de Fervex, ma nièce a les selles molles, je suis déjà au fond de la pharmacie à faire le point sur la couleur exacte, la consistance, et la fréquence du problème. Dans le labo c’est mon autre collègue pharmacienne, ravie, qui a pris le relaie.
Alors voilà, je voulais témoigner de cette façon, avec ce moment ordinaire, de ma vie de tante ordinaire, combien on ignore le dévouement et l’abnégation tanternelle !!!!. On nous saoule avec la maternité, la paternité, etc……..et la tanternité ?????????????